Les corps du pont Alexandre III

C’est un chantier atypique qui a eu lieu sur le pont Alexandre III à Paris. Les sculptures en cuivre ont été réparées sur place par des métalliers. 

Les corps des « Nymphes de la Neva » n’avaient pas été dorlotés ni soignés depuis au moins vingt ans. Ces sculptures monumentales qui ornent le pont Alexandre III ont été entièrement restaurées courant septembre. Elles ont subi les assauts du temps mais aussi du vandalisme. Les bras, les épaules et les dos des nymphes ont eu des chocs, des rayures et des tentatives d’arrachement. Cette mission confiée aux Ateliers Tollis a été en partie sous-traitée à Métafer, métallier à Plaintel (22). Les parties embouties sont découpées et réparées avec une pièce neuve, un peu plus épaisse que le cuivre de la sculpture. 20/10e au lieu de 15/10e. Le métal a été brasé après avoir été martelé et mis en forme. Le temps de ce chantier, les métalliers bretons se sont transformés en carrossiers, lesquels sont finalement les dignes héritiers des dinandiers.

Source Metal Flash 

Oscars des entreprises 2018

Metafer gagne l’oscar des entreprises 2018

Métafer : Oscar de la responsabilité sociétale de l’entreprise

Défenseur passionné du travail du fer et de la « belle ouvrage », Lionel Moretto est l’un des fondateurs de la Maison du forgeron, un centre de formation innovant qui entend redonner ses lettres de noblesse un savoir-faire négligé.

En 2003, Lionel Moretto entre  chez Métafer, à Plaintel. En 2005, il racheté l’entreprise comprenant trois salariés dont un apprenti et s’oriente vers la métallerie d’art. L’activité s’étend de la Loire Atlantique à la région parisienne, cible les particuliers (70% de l’activité), les Monuments historiques et des artistes (20%) et des marchés publics (10%). Metafer vient de recevoir  le label Entreprise Vivante du patrimoine. Elle  emploie actuellement 22 salariés dont 6 apprentis.

Sa rencontre avec Rémi Crezé, ferronnier d’art, a été déterminante. Partageant le même constat, ils ont  choisi de relever le défi de la formation. Après diverses tentatives, en 2015, ils créent l’association Maison du forgeron à Saint Thélo. Ses activités vont démarrer en septembre. Elle va assurer une initiation, sur trois à quatre sessions réparties sur trois mois, de groupes de 12 personnes, en alternance avec des entreprises. Un bilan de compétences permettra en fin de parcours d’orienter le futur salarié vers une entreprise et un centre de formation.

La Maison du Forgeron va aussi devenir lieu de mémoire, en rassemblant les archives des artisans qui ont illustré l’art du fer».

https://www.bretagne-economique.com/actualites/cotes-darmor-les-oscars-2018-sont-decernes-metafer-muticourses-obsam-bioarmor-et-seismo

Metafer, l’art du “savoir-fer”

Article paru sur Le Télégramme du 20 novembre 2017

http://www.letelegramme.fr/soir/metafer-la-philosophie-du-beau-en-action-20-11-2017-11716274.php

Chez Metafer, on modèle l’acier pour en faire des créations sur-mesure, des ouvrages uniques qui ont une vocation pratique autant qu’esthétique. L’entreprise plaintelaise, déjà détentrice d’une certification pour les Monuments historiques, vient également de décrocher le label “Entreprise du patrimoine vivant”. Pour cette société spécialisée dans la métallerie d’art, c’est la reconnaissance par l’Etat d’un savoir-faire d’excellence.

« Pour moi, l’art ne doit pas être élitiste ». L’homme qui tient ces propos n’est pas artiste (quoique) mais entrepreneur à Plaintel. Métallier d’art, Lionel Moretto veut embellir le quotidien à travers ses ouvrages en acier. Cette idée, il la portait déjà quand il est arrivé en 2003 dans les Côtes-d’Armor, en quête d’une affaire à reprendre. Après avoir démarché une soixantaine de sociétés, il a jeté son dévolu sur Metafer, entreprise de métallerie et de serrurerie industrielle fondée en 1972 par Jean-Claude Moy, ancien président de la chambre de métiers. « J’ai fait un choix stratégique en terme de positionnement géographique et de marchés », souligne le patron de 44 ans qui a débuté à Metafer… comme apprenti. « Je voulais montrer aux gars ce dont j’étais capable. Je ne voulais pas arriver en étalant ma science. Ça les a leurrés deux ou trois mois », s’amuse Lionel Moretto, qui a officiellement repris la société en 2005, avec la volonté de l’orienter vers la conception et la réalisation d’ouvrages d’art.

80 % de particuliers

Escaliers, portails, garde-corps, balcons, vérandas, terrasses voire meubles : la vingtaine de salariés de Metafer crée et fabrique des ouvrages sur-mesure pour une clientèle composée à 80 % de particuliers. Présente également sur les marchés publics, la société plaintelaise a notamment travaillé sur l’esplanade Pompidou, les garde-corps du boulevard Charner, le portail d’accès de La Villa Rohannec’h, au Légué, etc. « Amener une autre réflexion sur la matière, embellir l’urbanisme, donner du cachet au quotidien de chacun » : tels sont les ambitions du chef d’entreprise qui constate, à regret, qu’en période de crise, surtout en matière de marchés publics, « la philosophie du beau, on n’en parle plus, on est sur de l’économique ».

Metafer, l'art du

Son savoir-faire, Metafer le met également au service des Monuments historiques, secteur d’activité pour lequel elle s’est vu octroyer, après plusieurs années d’efforts, la certification Qualibat (44-93 technicité supérieure). Un nom d’apparence barbare qui est en réalité une reconnaissance et, surtout, un précieux sésame ouvrant à l’entreprise la porte des Monuments historiques. « Dans ce domaine, ce n’est pas de la créativité qu’il faut avoir, c’est du savoir-faire, c’est complètement différent », souligne Lionel Moretto. « Soit on reproduit à l’identique, selon des savoir-faire et des réflexions d’époque ; soit on fait perdurer un ouvrage en le restaurant ».

Former pour durer

Metafer vient aussi de décrocher le label “Entreprise du patrimoine vivant”, reconnaissance supplémentaire de l’Etat pour ce savoir-faire d’excellence qui fait la marque de fabrique de la société costarmoricaine.

 

Ces certifications offrent à l’entreprise des perspectives nouvelles de développement. « Je pense que, dans quelques années, 30 % de notre activité pourra être liée aux Monuments historiques. Je suis d’ailleurs en train d’embaucher dans cette perspective. » D’embaucher et de former. Car la formation est non seulement une priorité pour Lionel Moretto, attaché à la transmission du savoir, mais aussi une nécessité. Parce que le métier a été longtemps dévalorisé et que les filières d’apprentissage en ont pâti. « C’est très compliqué de trouver des salariés dans les compétences qu’on recherche. Faute d’en trouver, on les forme », note le patron qui a toujours accueilli apprentis et compagnons du devoir. « J’ai eu la chance d’avoir, tout au long de mon parcours, des gens qui étaient là pour m’apprendre et me former. Je veux transmettre ça ».

Samuel Uguen

 

Faites des Etincelles

Faut le fer : “Faites des Etincelles” à Tréguier

Cette année, Metafer est partenaire de Faut le fer : “Faites des Etincelles” un sympathique événement qui se déroule le samedi/dimanche 9 et 10 décembre à Tréguier dans les Côtes d’Armor !

Une dizaine d’artisans spécialisés dans la sculpture métal vont forger et souder en direc :  Michadu, Mich Mao, Alain Brouard, Beauvillain, Joh’, Pitel, N’Guyen, Stéphan, … Thématique de l’année “La lumière”…

Pour plus d’informations, télécharger le programme détaillé, en cliquant-ici !

Salon International du Patrimoine Culturel

Metafer sera présent du 2 au 5 novembre au Salon International du Patrimoine Culturel

Rendez-vous incontournable, le thème sera “Patrimoine et Tourisme Culturel”.

Les visiteurs pourront y rencontrer notamment une cinquantaine d’Entreprises du Patrimoine Vivant réparties sur des espaces individuels, collectifs ou sur l’espace EPV (Salle Delorme).

Passez nous voir !

Légué : Photo Reporter

Petite visite cet après midi au Légué. Une partie des photos de l’exposition Photos Reporter y sont présentées entre autre 28 clichés sur 15 panneaux en acier Corten que nous avons créés et réalisés en collaboration avec TELENN Ti ar vro – L’Ôtë

Entente culturelle du pays de Saint-Brieuc.

Chaque panneaux ont un mot en français, en breton et en galo.

Une commande de Saint-Brieuc Agglo.